Breaking News

Nous interrompons notre programme pour parler d’un événement grave arrivé au sein même de notre territoire. Il s’agit bien évidemment de l’attentat commis contre Charlie Hebdo. Et je vous vois déjà venir : qu’est-ce que l’actualité en France vient faire sur votre blog les copains b****** de m**** ? Non nous n’allons pas polémiquer sur ce drame, ni donner notre avis sur l’actualité française car les journalistes doivent déjà bombarder le quotidien d’innombrables informations. Non rien de tout cela, nous souhaitons simplement en tant que petits blog-trotteurs que nous sommes décrire la façon dont nous avons vécu cet incident depuis l’étranger. Car loin de notre pays, les expatriés dont nous faisons partis ont réagi et rendu hommage aux victimes de cet attentat.

#JesuisCharlie

#JesuisCharlie

Depuis que nous sommes sur la route nous avons du mal à nous lier au quotidien français. Nous ne regardons pas la télévision, nous ne lisons les journaux que lorsque nous atteignons une « grande ville », et nous fuyons la communauté française comme la peste pour nous forcer à pratiquer au mieux notre anglais. De manière générale, ce qui nous lie avec notre pays ce sont les réseaux sociaux sur lesquels nous naviguons régulièrement, principalement pour rester connectés avec vous. Et c’est par ce biais que nous avons appris la nouvelle dans la nuit australienne du mercredi au jeudi, tout d’abord noyée dans le flot constant d’informations. Le jeudi matin en consultant les nouvelles nous nous rendons compte de l’ampleur de cette situation en France. Pas un statut Facebook ne le mentionne pas ! « Attentat à Charlie Hebdo, 12 morts ». Nous suivons les liens qui se répandent sur la toile comme un feu de brousse et partageons à notre tour la nouvelle auprès de tous les français expatriés que nous connaissons.

Des centaines de messages et de dessins seront envoyés en France.

Des centaines de messages et de dessins seront envoyés en France.

Les français en Australie sont assez bien organisés, formant des groupes d’entraide sur les différents réseaux sociaux. D’habitude ces moyens nous permettent de nous donner des coups de pouces entre compatriotes, de comprendre les différentes démarches administratives, de trouver un très bon bar en centre-ville ou de rechercher un appartement. Mais ce jeudi c’est un sentiment patriotique qui inonde ces groupes. Nous parlons ici de patriotisme et non de nationalisme. Ces expatriés, souvent partis à la recherche d’un exotisme dépaysant, se sentent alors concernés par un fait qui s’est produit sur leur terre natale au point de vouloir rendre hommage à leur façon. Ici à Melbourne c’est une résidente depuis huit ans ainsi qu’une jeune voyageuse qui prennent les devants, tout d’abord en sondant la communauté française présente dans la capitale du Victoria, puis en rencontrant le maire afin d’organiser une manifestation en l’honneur des victimes sur Federation Square, le lieu de rassemblement au centre de Melbourne. 150 personnes répondent immédiatement présentes, le chiffre atteint 900 quelques heures avant l’évènement. Nous décidons de nous joindre au mouvement et c’est finalement 3000 personnes qui seront sur place, manifestant avec pancartes de soutien ou soulevant leur crayon devant les caméras australiennes ce soir-là. L’association des journalistes australiens apportera également son soutien à cet hommage silencieux, dispensant des carnets de condoléances que signeront les personnes présentes afin de les renvoyer en France.

Chacun poste sa photo du rassemblement sur Facebook à la demande des organisateurs.

Chacun poste sa photo du rassemblement sur Facebook à la demande des organisateurs.

Le lendemain, l’information est relayée par tous les médias et la presse ne titre que par rapport à cette actualité. Est-ce le fait de s’être attaqué à la liberté d’expression ? Est-ce le fait que ce soit un des rares attentats de cette envergure commis en France depuis des années ? Quoi qu’il en soit on ne peut être que touché par les marques de soutien de nos acolytes voyageurs. Nous nous sentons pourtant un peu en retrait, mis de côté, ou écartés malgré nous de cette actualité du fait de notre éloignement car toutes les informations reçues sont décalées ou décousues. Nous ne comprenions pas les informations balancées en vrac concernant la poursuite des terroristes et il a fallu l’intervention de nos familles pour comprendre exactement ce qu’il se passait par « chez nous ».

Bien que l’on tente de rester connecté un maximum, il est frustrant de ne pas pouvoir suivre en direct l’actualité, de ne pas partager notre ressenti avec d’autres personnes concernées, d’être loin de chez nous pour en parler avec les gens qui nous entoure ou de ne pas pouvoir participer aux rassemblements en France. Mais la communion entre les expatriés tend à réduire cette frustration, et il est agréable de constater que même divisée à l’étranger cette communauté peut à tout moment se réunir et manifester en nombre son soutien.

Follow the footsteps.

...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>