Sweet as Takapuna

TAKAPUNA :
Banlieue côtière du North Shore, située dans le nord de l’Île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Bien que très faible en termes de population, elle fut le siège de la mairie de la Côte Nord avant la fusion d’Auckland en 2010. La population de la région en 2006 était de 2811 soit une augmentation de 291 habitants par rapport à 2001 (Hé les mecs faudrait peut-être penser à mettre à jour vos infos…). Takapuna est située sur l’isthme d’une péninsule au nord d’Auckland. Le littoral comprend une plage longue d’un kilomètre en forme de croissant qui est une zone de loisirs populaire de la région.

Takapuna, à côté du lac Pupuke. Oui va falloir vous habituer à ces noms.

Takapuna, à côté du lac Pupuke. Oui va falloir vous habituer à ces noms.

Purée, qu’est c’que c’est chiant ! Pire que les cours de géo au collège. Pour vous situer Takapuna, rien de tel qu’une petite carte servant de mise en bouche. La ville est une banlieue huppée où il fait bon vivre en été grâce à sa plage, mais aussi grâce à son lac et à son ambiance festive. N’imaginez pas non plus une énorme station balnéaire où des milliers de touristes accourent durant les beaux jours. Non il s’agit là d’une petite ville côtière charmante, mais pas immense.

 

Qui dit huppée dit forcément chère ! Nous nous situons dans l’agglomération d’Auckland et les prix des logements sont donc hallucinants. Impossible de trouver quelque chose en dessous de 250$ dollars la semaine lors de nos recherches d’appartements. Et pour ce prix-là il faut voir la gueule du truc : une maison où s’entassent une vingtaine de personnes, des couloirs étroits et lugubres, de la moisissure, des salles de bains à en faire pâlir tous les maniaques de la Terre (ou au moins deux/trois que l’on connaît bien 😉 ), c’est juste honteux. Le feu reste la seule solution à l’assainissement de ces arnaques.

On insiste encore sur le fait que nous sommes piétons et il nous est impossible de nous éloigner trop de la ville car les transports en commun sont vraiment hors de prix ! Si nous décidions de rester sur Auckland et de prendre le bus pour Takapuna, cela nous aurait revenu à environ 50 $ par personne et par semaine !!! Nous étions donc logiquement prêts à payer un logement plus cher dans le centre de la petite banlieue et de tout faire à pied, plutôt que de s’excentrer, de prendre plus de temps pour se rendre au travail et de dépendre de la conspiration inflationniste des chauffeurs de bus d’Auckland.

 

Notre choix se porte sur une petite coloc’ à deux pas du centre-ville de Takapuna. Enfin deux pas… une petite centaine pour être précis, soit à moins de 5 minutes de nos boulots respectifs. C’est une excellente situation même si la maison n’est pas parfaite : salon minuscule peu convivial, cuisine mal équipée et restreinte, mais notre chambre est un vrai petit nid douillet. Au moins la maison est saine et propre. Prix à la semaine pour vivre ici : 350$ négociés à 320$, et ouais prends ça dans tes dents le compte en banque ! L’extrême proximité du centre apporte néanmoins son lot d’avantages qui ne nous fera pas hésiter si longtemps.

Festival de films français. Patriotisme.

Festival de films français. Patriotisme.

Déjà le cinéma ! Aaaaah le cinéma ! (Oui c’est bien la première chose que nous mettons en avant ^^) Nous avons eu si peu d’occasions de voir des films sur grand écran en Australie que ça nous fait un bien fou de pouvoir assister de nouveau à des séances dans les salles obscures. Sur Lille nous avions tous deux un pass cinéma illimité, et nos petits cœurs de dévoreurs de films ont eu bien du mal à se sevrer de toiles pendant quasiment un an. De plus le cinéma en Nouvelle-Zélande est magique : les kiwis, jeunes ou moins jeunes, sont d’un respect ahurissant durant les séances. Alors que ça crie et que ça papote avant les bandes annonces, plus un bruit ne vient nous déranger une fois les lumières éteintes. Waow ! Comparé aux connards personnes indisciplinées qu’on se tapait souvent en France, ici aucun problème. Quelle que soit la génération ou la densité des groupes, tout le monde se tait pendant le film (hypothèse testée empiriquement dans les cinémas de Takapuna, Wanaka et Queenstown). Merci les kiwis, on vous kissouille pour ça ! Il a néanmoins fallu faire preuve de bien plus de concentration durant les séances car bien sûr aucun sous-titre n’est venu à la rescousse. Quand vous regardez des films abordant des sujets avec un vocabulaire plus pointu comme : The Imitation Game ou The Theory of Everything, nous vous avouons que nos petits cerveaux de koalas surchauffaient parfois (Pourquoi cerveaux de koalas ? Référez-vous à l’article « … »). Autre anecdote qui nous a bien fait marrer au ciné version Nouvelle-Zélande, vous pouvez non seulement commander un traditionnel boisson gazeuse caféïné de chez chut chut pas de marques, jus d’orange, limonade, mais aussi un verre de vin ou de champagne puis d’aller vers votre siège en sirotant votre verre tranquillou, le p’tit doigt en l’air.

En plein été austral, et contrairement à toutes les légendes urbaines que nous avions pu entendre (m’enfin surtout venant des australiens) la météo à Auckland pendant l’été est radieuse : il fait beau, il fait très bon, ce n’est pas étouffant, et même les fois où il pleut ça ne dure jamais longtemps comme par chez nous dans ch’Nord. On a oscillé entre 20 et 25°c durant toute notre période aucklandaise, c’était parfait. Attention on n’affirme pas non plus qu’il fait beau et chaud tout l’été, mais de manière générale on a eu une saison très agréable. Et par de telles températures rien de mieux que de se faire un petit pique-nique au bord de la mer à regarder le coucher de soleil à l’horizon avec ses tons rosés, le vin offert en prime par nos gentils patrons ! Ce petit côté balnéaire et la longue plage ont également joué en faveur de notre implantation à Takapuna.

 

Nous avons toujours eu quelque chose à faire en extérieur, que ce soient les marchés, les spectacles, les kermesses, des activités nautiques, et quelle fut notre surprise un soir en rentrant du job d’assister à une séance de ciné en extérieur, tout le monde blotti sous des couvertures, assis sur des transats ou sous les arbres, à regarder un film projeté sur un écran géant en famille ou entre amis. Décidemment ^^ !

Avez-vous reconnu le film ? :)

Avez-vous reconnu le film ? :)

Allez, on va parler un peu de nos petits boulots de serveur (se) plutôt que de rêvasser aux plages et au soleil :)

L'Aubergine et sa cuisine ouverte.

L’Aubergine et sa cuisine ouverte.

Comme nous vous l’avons dit nous étions à deux pas des restaurants où nous travaillions et ça ce fut un vrai luxe pour les marmottes que nous sommes. Chachol travaillait dans la rue principale dans un restaurant tenu par plusieurs amis d’origines irakiennes. A l’Aubergine on y sert de la nourriture de type méditerranéenne. Alors attention méditerranée ici ce n’est pas méditerranée de chez nous hein ! Pour faire simple c’est un mélange de culture kiwi et européenne. Les spécialités culinaires néo-zélandaises sont axées principalement autour de l’agneau, du chevreuil et des kumaras (patates douces). Peut-être trop variée, la carte était longue comme…ma planète ! Pour tous les goûts en quelque sorte 😉

Al Forno et ses pizzas cuites au four traditionnel, yummy yummy !

Al Forno et ses pizzas cuites au four traditionnel, yummy yummy !

Dav’ s’est retrouvé quant à lui dans un restaurant italien qui s’est avéré être l’un des meilleurs de la ville. Pure cuisine italienne : de la pizza cuite au feu de bois face aux clients aux lasagnes et aux pâtes succulentes, chanteurs ritals en fond sonore, bienvenue au Al Forno !
Nous avions tous deux des patrons très cools, habitués aux ballets des voyageurs qui ne restait travailler que quelques mois, et donc pas prise de tête du tout. Après certains spécimens étranges rencontrés en Australie, ça faisait du bien d’être responsabilisés et pris au sérieux. Mention spéciale aux patrons de Dav’ qui lui ont même offert de petits cadeaux à la fin de son séjour, c’est dire !

 

Le soir à Takapuna lorsque l’humeur est à la fête, ici c’est à l’anglaise qu’on sort ! Filles en mini-jupes, ou plutôt en larges ceintures, talons aiguilles sur lesquels elles ne tiennent pas vraiment plus de dix mètres, et c’est parti pour l’excès ! Tout le monde est bourré à 21h et à 22h ça vomit dans les caniveaux ! Ah cette jeunesse… Avec nos amis italiens, marocains et français nous hallucinions complètement. Bien entendu il y a fête et fête me direz-vous. Soit ! Mais tous les jeudis soir c’était la même parade pathétique d’une petite jeunesse dorée qui se déroulait devant nous. Le week-end appartenait plus aux familles, aux gens plus âgés, ou aux couples qui profitaient de la douceur de l’été pour manger en terrasse, boire un verre et papoter avec nous autres serveurs (ses).

Takapuna fut notre premier réel aperçu des kiwis, échantillon d’une population que nous nous tardions de découvrir. Les mentalités sont différentes de celles de leurs voisins wallabies, non pas que ces derniers ne sont pas sympas, mais peut être plus bourrus et plus direct que les kiwis. Les néo-zélandais s’apparentent en ce sens bien plus aux anglais : aimables, souriants et extrêmement polis. Leur gentillesse vis-à-vis des français est une différence notable. La culture française y est très largement représentée : cafés, restaurants, associations, boulangeries, marchés : ils nous adorent ! Ceux qui ont eu l’occasion de venir en France sont d’ailleurs très fiers de pouvoir le mentionner. Tellement « cute » quand ils nous parlent en français, ça nous fait toujours sourire et plaisir de voir que certains ont fait l’effort d’apprendre notre langue, souvent très compliquée à assimiler pour les anglophones.

Ces six semaines dans la banlieue d’Auckland ont vraiment été chaleureuses dans tous les sens du terme. Pourquoi ne rester que six semaines alors que nous avions travail, logement adéquat, un quotidien et une vie agréable à Takapuna ? Et bien ça chers amis vous le saurez dans un prochain épisode de… Destination Anywhere 😉

footsteps

Follow the footsteps.

Destination ? Anywhere !

Destination ? Anywhere !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>